FOIRE AUX QUESTIONS SUR LA SOUDURE D’OEILLETS

 

L’invention de l’œillet métallique en 1828 était destinée à renforcer le corset féminin qui se dégradait rapidement, malgré les raccommodages des œillets brodés (trous de passage), en raison de la pression exercée par les lacets. En effet le système de laçage permettant de rapprocher les extrémités des deux pièces textiles exerçait une tension telle sur le trou d’entrée et de sortie qu’il entraînait la déchirure des tissus. Le matériau alors utilisé était l’acier et le diamètre de l’œillet était faible car celui-ci était uniquement destiné à permettre le passage d’un cordon mince afin qu’il ne soit sans pas perceptible sous le vêtement supérieur.

Durant le XXème siècle l’œillet a quitté le domaine de la corseterie pour devenir un élément clé des systèmes de fixation ou de suspension dans de nombreux secteurs d’activité. Dans ce cadre la fabrication d’anneaux métalliques s’est fortement diversifié avec une grande variété de diamètre intérieur comme extérieur, ainsi que l’invention de l’œillet à filetage, de l’œillet tube, du boulon œillet avec écrou…
 En parallèle de nouveaux matériaux ont pris une importance croissante en matière de production d’œillets avec l’utilisation du caoutchouc et des plastiques rigides. Dans le domaine des méthodes de pose et de fixation a notamment été développe la technique de soudure d’oeillets.

 

Quelles sont les différentes techniques d’oeilletage ?

Les techniques de fixation dépendent à la fois de la nature (métallique, plastique…) des anneaux à poser et des matériaux sur lesquels ils doivent être insérés. Les méthodes les plus utilisés dans les différents secteurs industriels sont les suivantes :

  • Le sertissage manuel avec une pince dédiée ou une presse spécialisée pour les œillets en métal de faible épaisseur ou en métaux malléables (laiton, cuivre aluminium…).
  • La soudure d’œillets plastiques (PP, PVC, PU…) sur des feuilles de matériaux de même nature en utilisant des soudeuses manuelles à électrode, des presses à souder haute fréquence ou par ultrasons.
  • Le clipsage d’anneaux en plastique avec des pinces manuelles qui permettent de réaliser à la fois les opérations de poinçonnage et d’insertion.

 

Avec quels matériaux peuvent être fabriqués les œillets ?

Depuis l’invention de l’œillet au XIXème siècle sa production a très fortement évolué, à la fois sur le plan quantitatif vu le nombre croissant d’usage, ainsi que sur le plan qualitatif avec la mécanisation puis l’automatisation de sa fabrication.

La production d’anneaux de fixation est maintenant basée sur l’utilisation d’un grand nombre de matières premières :

  • Dans la famille des métaux : l’inox, l’aluminium, le laiton et l’alu zinc se sont ajoutés à l’acier.
  • Dans la famille des plastiques sont utilisés le Polypropylène (PP) le Polyéthylène (PE), le Polyuréthane (PU), le Polyvinyle de Chlorure (PVC), l’Acrylonitrile Butadiène Styrène (ABS) et l’Ethylène Acétate de Vinyle (EVA).
  • Le caoutchouc a une utilisation croissante notamment dans le secteur automobile avec des spécifications propres.

 

Quel est l’intérêt de l’œillet plastique par rapport à son équivalent métallique ?

Les anneaux en plastique permettent de réaliser des fixations ou suspensions plus intéressantes que leurs équivalents métalliques pour certains produits et pour certains domaines d’activité :

  • Une grande solidité s’allie à une certaine souplesse grâce au caractère plastique de ces œillets.
  • L’absence de rouille évite les problèmes de salissure ou de traces liée à une exposition aux intempéries ou à une utilisation dans un environnement humide.
  • Les œillets soudés PVC, PU…) sont d’autant plus résistants que la technologie d’assemblage permet de fusionner la matière dont ils sont composés avec le matériau sur lequel ils doivent être fixés.
  • Il est possible de positionner les anneaux plastiques sur le dos de la banderole qui leur sert de support afin de les rendre invisibles à l’œil nu après leur fixation.

Pouvant être produit dans différentes couleurs, l’œillet plastique a également acquis une dimension esthétique avec son utilisation dans le secteur de la mode pour réaliser dessins et motifs sur des vêtements ou sur des pièces de bagagerie.

 

Comment assurer le soudage de l’œillet plastique ?

Spécialiste de la conception et de la fabrication de pièces réalisées à base de feuilles en PVC, en PU ou en matériaux renforcés, Carmo a développé à la fois la production d’œillets à souder et d’équipements permettant de réaliser les opérations de poinçonnage et de fixation.

L’entreprise danoise a développé plusieurs méthodes de pose des anneaux sur les surfaces à équiper, en les transformant en œillets soudés. Autour du trou qui constitue le centre de l’œillet se créé un joint, de faible épaisseur, par fusion des matériaux composant les deux éléments à assembler. Les techniques d’assemblage des anneaux mises au point sont les suivantes :

  • Le collage à l’aide d’adhésif comprenant des particules de polychlorure de vinyle.
  • Le soudage haute-fréquence avec des électrodes assurant le poinçonnage et l’assemblage.
  • Le clipsage pour la catégorie très spécifique des oeillets clip.

Dans le domaine du soudage haute-fréquence, qui est la méthode la plus utilisée par Carmo, l’entreprise a développé plusieurs familles d’équipements pour la production artisanale et industrielle :

  • Les soudeuses légères pour une utilisation manuelle avec un changement facile et rapide des électrodes en fonction des diamètres des anneaux à assembler.
  • Les machines à poinçonner et à souder en continu utilisant la haute fréquence pour assurer la fusion des oeillets plastique sur une seule face.
  • Les presses haute fréquence pour un soudage rapide des deux faces des anneaux avec un système d’approvisionnement automatique.
  • Les inserts dotés d’électrodes de coupe et de soudure à installer sur une soudeuse à barre ou une presse à souder HF déjà en production.

 

Quelles gammes de produits sont dotés de fixations avec œillet ? 

Dans différents secteurs d’activité et des familles de produits très diverses sont utilisés ces systèmes de suspension ou de fixation. Par commodité nous les avons regroupés selon une typologie de produits que nous avons élaborée :

  • Les équipements d’accastillage (voiles de plaisance…) pour les voiliers et pour les planches de surf.
  • Les bâches de protection et de sécurité pour les véhicules de transport ou pour les bâtiments en travaux.
  • Les banderoles publicitaires : calicots, kakémonos, enseignes, oriflammes, drapeaux, beachflag…
  • Les toiles de tente pour le camping et pour l’événementiel (tentes, marabouts, barnums, chapiteaux…).
  • Les textiles pour la maison (rideaux de douche, voilages de maison, stores et rideaux, pergolas…).
  • Les accessoires et pièces pour les véhicules et le transport : passe-câble, passe-gaine, passe-fil…
  • Les vêtements (pantalons, robes, tuniques, vestes, chandails, cabans, corsets, maillots de bains…).
  • Les chaussures (bottes, brodequins, baskets et autres chaussures à lacets, chaussures de sécurité…).
  • Les accessoires de mode (sacs à dos, sacs à main, pochettes, ceinturons, ceintures, harnais…).

 

Avec quels matériaux peuvent être fabriqués les œillets ?

Depuis l’invention de l’œillet au XIXème siècle sa production a très fortement évolué, à la fois sur le plan quantitatif vu le nombre croissant d’usage, ainsi que sur le plan qualitatif avec la mécanisation puis l’automatisation de sa fabrication.

La production d’anneaux de fixation est maintenant basée sur l’utilisation d’un grand nombre de matières premières :

  • Dans la famille des métaux : l’inox, l’aluminium, le laiton et l’alu zinc se sont ajoutés à l’acier,/li>
  • Dans la famille des plastiques sont utilisés le Polypropylène (PP) le Polyéthylène (PE), le Polyuréthane (PU), le Polyvinyle de Chlorure (PVC),, l’Acrylonitrile Butadiène Styrène (ABS) et l’Ethylène Acétate de Vinyle (EVA),
  • Le caoutchouc a une utilisation croissante notamment dans le secteur automobile avec des spécifications propres.

 

Quel est l’intérêt de l’œillet plastique par rapport à son équivalent métallique ?

Les anneaux en plastique permettent de réaliser des fixations ou suspensions plus intéressantes que leurs équivalents métalliques pour certains produits et pour certains domaines d’activité :

  • Une grande solidité s’allie à une certaine souplesse grâce au caractère plastique de ces œillets,
  • L’absence de rouille évite les problèmes de salissure ou de traces liée à une exposition aux intempéries ou à une utilisation dans un environnement humide,
  • Les œillets soudés sont d’autant plus résistants que la technologie d’assemblage permet de fusionner la matière dont ils sont composés avec le matériau sur lequel ils doivent être fixés,
  • Il est possible de positionner les anneaux plastiques sur le dos de la banderole qui leur sert de support afin de les rendre invisibles à l’œil nu après leur fixation.

Pouvant être produit dans différentes couleurs, l’œillet plastique a également acquis une dimension esthétique avec son utilisation dans le secteur de la mode pour réaliser dessins et motifs sur des vêtements ou sur des pièces de bagagerie.

 

Comment assurer le soudage de l’œillet plastique ? 

Spécialiste de la conception et de la fabrication de pièces réalisées à base de feuilles en PVC, en PU ou en matériaux renforcés, Carmo a développé à la fois la production d’œillets à souder et d’équipements permettant de réaliser les opérations de poinçonnage et de fixation.

L’entreprise danoise a développé plusieurs méthodes de pose des anneaux sur les surfaces à équiper, en les transformant en œillets soudés. Autour du trou qui constitue le centre de l’œillet se créé un joint, de faible épaisseur, par fusion des matériaux composant les deux éléments à assembler. Les techniques d’assemblage des anneaux mises au point sont les suivantes : 

  • Le collage à l’aide d’adhésif comprenant des particules de polychlorure de vinyle
  • Le soudage haute-fréquence avec des électrodes assurant le poinçonnage et l’assemblage,
  • Le clipsage pour la catégorie très spécifique des oeillets clip.

Dans le domaine du soudage haute-fréquence, qui est la méthode la plus utilisée par Carmo, l’entreprise a développé plusieurs familles d’équipements pour la production artisanale et industrielle : 

  • Les soudeuses légères pour une utilisation manuelle avec un changement facile et rapide des électrodes en fonction des diamètres des anneaux à assembler,
  • Les machines à poinçonner et à souder en continu utilisant la haute fréquence pour assurer la fusion des oeillets plastique sur une seule face,
  • Les presses haute fréquence pour un soudage rapide des deux faces des anneaux avec un système d’approvisionnement automatique,
  • Les inserts dotés d’électrodes de coupe et de soudure à installer sur une soudeuse à barre ou une presse à souder HF déjà en production.